Les Karo, maîtres en peinture corporelle

Ils fascinent les photographes et captivent l’attention des touristes. Les hommes et les femmes Karo ont pour coutume de peindre leur corps de dessins bien particuliers qui disent beaucoup du fonctionnement de cette toute petite ethnie éthiopienne. A 600 km au sud d’Addis-Abeba, dans la vallée de l’Omo, les Karo peinent à préserver leur mode de vie unique qui se trouve gravement menacé par la sécheresse et par les ambitions financières de l’Etat. 

© Dietmar Temps

La vie des hommes est marquée par deux cérémonies cruciales. L’entrée dans l’âge adulte, appelée Bula, passe par une épreuve de trois sauts consécutifs au dessus d’un groupe de vaches attachées entre elles. C’est un exercice difficile que peu de jeunes hommes accomplissent du premier coup. L’acceptation d’un homme adulte au sein du groupe des aînés est officialisé par la bénédiction de sa fille lorsque celle-ci atteint l’âge de 12-13 ans. Elle obtient ainsi le droit de se marier et de fonder une famille à son tour. Ce deuxième rituel, central dans la vie des Karo, est le Dimi.

© Carl de Souza

Les scarifications et les peintures qu’ils s’appliquent sur le corps ont une vraie signification sociale. Pour les femmes, les dessins corporelles sont un moyen de s’embellir et de signifier leur envie de plaire. Les scarifications symbolisent leur maturité, sous-entendu leur capacité à procréer et à gérer un foyer. Chez les hommes, c’est un moyen d’impressionner l’ennemi, de gagner en prestance et les scarifications qui constellent leur peau sont là pour témoigner de leur courage. Il arrive que les enfants aussi peignent leur peau pour informer de leur appartenance à la tribu.

© Shauneenk

Ce sont les anciens qui décident des naissances. Pour assurer l’autonomie de la tribu, le droit à la natalité pour chaque couple est régulièrement décidé au cas par cas, afin d’éviter que la communauté se trouve en surnombre. Toutes les décisions du villages sont soumises aux ancêtres par le groupe des aînés du village, qui se réunit régulièrement pour débattre des sujets importants. Ils sont appelés « nuimba », ce qui signifie « les hommes près du feu » en langue karo.

C’est la plus petite ethnie du pays. Depuis qu’ils ont subi de plein fouet l’arrivée des mouches tsé-tsé au XIXe siècle, les Karo ont vu leur bétail décimé et leur population décliner subitement. Depuis, ils élèvent moins d’animaux et privilégient une alimentation végétale sur les berges du fleuve Omo.

© Rod Waddington

Chaque fin de récolte se termine par une fête. Comme pour beaucoup de tribus dans le monde, la nourriture n’est pas un acquis et dépend entièrement des conditions climatiques, et surtout de la volonté des dieux. Pour montrer leur gratitude, les Karo se réunissent à chaque fin de saison pour remercier le ciel de sa clémence. A cette occasion, l’alcool local coule à flot et les hommes se lancent dans une danse traditionnelle qui consiste à sauter à pieds joints, en rythme, les uns derrière les autres. Quand une femme s’intéresse à l’un d’entre eux, elle se joint à la danse pour montrer ses atouts. Les fêtes Karo n’ont rien à envier aux soirées du Pacha Club.

© Manuel Sousa

Pourquoi ils sont menacés. L’inauguration, en décembre 2016, du plus haut barrage hydroélectrique d’Afrique sur le fleuve de l’Omo, signe le début d’une ère bien inquiétante pour les habitants de la région. L’Etat éthiopien a également ouvert l’accès aux berges à des sociétés étrangères pour y implanter des cultures commerciales. Peu à peu, les terres s’appauvrissent et le réchauffement climatique cause des sécheresses toujours plus sévères. La petite taille de l’ethnie Karo en fait l’une des plus vulnérables face à ces bouleversements.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s