Toy Stories : « Quels sont tes jouets préférés ? »

Avant de débuter ce projet, Gabriele Gamberti pensait que les enfants jouaient un peu tous à la même chose : des poupées pour les filles et des tracteurs pour les garçons. Mais sa série de photos Toy Stories l’a fait changer d’avis. Au fur et à mesure des rencontres, il a réalisé combien leurs préférences parlaient aussi de leur culture et de leur histoire familiale.

Alessia, Italie

Celle de cette série de photos a commencé au hasard d’une rencontre avec Alessia, la fille d’un couple d’amis agriculteurs. C’est quand il s’est aperçu que la petite ne jouait pas à la poupée, mais plutôt au bac à sable qu’il a eu l’idée géniale de profiter de ses voyages pour s’intéresser aux jouets des enfants qu’il croise. Après avoir visité cinquante huit pays, Gabriele revient avec une collection de photos drôles, acidulées, piquantes. Chacune à leur manière, elles parlent de notre monde actuel et de la manière dont nous élevons les adultes de demain.

Enea, Etats-Unis

Premier constat : les enfants les moins favorisés économiquement sont ceux qui partagent le plus facilement.

« Les enfants les plus riches se montraient plus possessifs. Au début, ils ne voulaient pas que je touche à leur jouet et il fallait du temps avant qu’ils ne me laissent jouer avec eux. Dans les pays pauvres, c’était beaucoup plus facile. Même s’ils n’avaient que deux ou trois jouets, ça leur était égal. En Afrique, les enfants jouent principalement dehors avec les autres enfants. »

C’est là que son regard est intéressant. Sans jugement, sans critique, sans misérabilisme, ses photos nous présentent un fait : les enfants qui ont moins se contentent de moins, sans être plus malheureux que les autres. Des Etats-Unis aux Kenya, le regard de ces gosses déborde de malice et de fierté. Dans une interview à CNN, le photographe assume le fait que son travail ne comporte pas de message particulier. Il relaie simplement des observations sur nos sociétés contemporaines.

Maudy, Kenya

La deuxième chose qui a frappé Gabriele, c’est combien les jouets reflètent souvent la projection des parents sur leur progéniture. La maman qui travaille comme chauffeuse de taxi gâte son fils de petites voitures. Celui dont les parents sont agriculteurs est obsédé par les tracteurs. La petite fille dont le papa a fait fortune dans l’immobilier est capable de jouer pendant des heures au Monopoly. Et celle qui vit dans une campagne reculée de Zambie ne possède pas vraiment de jouets à elle, alors sa maman lui confie un carton rempli de lunettes de soleil, tombées d’un camion quelques jours plus tôt.

Ralf, Lettonie

Puput – Indonésie

Noel – Texas

Botlhe – Botswana

Shaira – Inde

Au rire et à la joie communicatifs de ces portraits succèdent la réflexion sur la répartition de nos richesses et la nécessité ou non d’y sensibiliser nos propres bambins. Quels seraient leurs jouets préférés ? Et vous, quels auraient été les vôtres ?

P.S. Best of des perles des petits CPs de la maîtresse la plus célèbre de la twittosphère

Publicités

2 Commentaires

  1. Une idee toute simple et pourtant originale, j’adore! C’est sur que même sans message particulier chacun est touché et est amené à s’interroger sur son enfance, ses possessions, son rapport aux choses. Et la photo de la petite fille avec les lunettes de soleil 😍

    Aimé par 1 personne

    • Joyeux Magazine

      Oui c’est ça ! Ca donne presque envie de tenter l’expérience auprès de ses propres enfants ou ceux de son entourage :)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s