Le wabi sabi, une conception japonaise de l’usure

On imagine un intérieur japonais à l’image d’une boutique Muji : net, lisse, épuré. Pourtant, la culture japonaise sait aussi faire une place à l’ancien. La notion de Wabi Sabi illustre le respect que portent le pays du soleil levant à ce qui est abîmé, patiné, élimé, imparfait.

Wabi,

c’est le dépouillement, la simplicité, l’humilité, la pauvreté. C’est aussi synonyme de tristesse, de mélancolie.

Sabi,

c’est l’acceptation de ce qui est, le fait de rechercher la beauté dans les épreuves de la vie.

Mis bout à bout, les deux termes forment une notion de respect voire d’admiration pour ce qui est fragile, éphémère, vieillissant. La fraîcheur des premiers instants est condamnée à faner et la culture japonaise célèbre cette « floraison du temps », saison après saison.

UNE TENDANCE DÉCO ET UNE PHILOSOPHIE DE VIE

D’un point de vue esthétique, le wabi sabi met en valeur le vieillissement de chaque objet. Tout doit être fait pour qu’ils s’abîment en beauté : ils sont propres, entretenus, protégés, réparés avec soin si nécessaire, mais jamais jetés. C’est leur âge qui fait leur valeur. Ils sont le témoin de l’érosion du temps qui passe, un moyen de garder prise avec le cycle de la nature. Sur le plan philosophique, il fait écho au bouddhisme zen qui nous apprend que la voie vers l’illumination est pavée de nos gestes quotidiens qui nous relient à notre environnement. Chaque chose est précieuse et doit être traitée comme telle.

Le wabi sabi nous invite à accepter notre condition de mortel. Après tout, chaque chose qui nous entoure est condamnée à disparaître, les fleurs à faner, les feuilles à rougir, le bois à craquer, le soleil à se coucher. C’est aussi triste que beau, alors autant en profiter jusqu’au bout, sans toujours privilégier l’âge le plus jeune, le plus prolifique, le plus frais. Chaque saison porte sa part de poésie.

D’autres termes entourent l’idée de wabi sabi :

Tout réside dans un savant équilibre entre le lâcher-prise et la discipline. On entretient, on nettoie, on répare si besoin, tout en laissant le temps faire son oeuvre : peinture qui se craquelle, légères fissures, couleur un peu passée… On prolonge autant qu’on peut la durée de vie de l’objet pour qu’il raconte une histoire, la plus longue et la plus riche possible. Le wabi sabi nous rappelle combien c’est beau de vieillir.

LE WABI SABI AU QUOTIDIEN

  • On ne jette plus. On répare, on retouche, on dépoussière, on consolide, on fait briller ou (au pire) on revend/recycle. Le wabi sabi n’aime pas la poubelle.
  • On achète durable, robuste, fiable. On privilégie les matériaux qui vieilliront en beauté.
  • On accepte les difficultés. On s’imagine soufflant notre centième bougie, fier du chemin parcouru et des épreuves surmontées, devenant nous-même une sorte d’objet précieux que le temps a magnifié.
  • On est moins dur avec soi-même. C’est sur le plan de la beauté que le wabi sabi pourrait nous aider le plus. Ces rides, ces tâches de soleil, cette cicatrice, ces vergetures sont bel et bien les marques que la vie laisse sur nos corps. Elles signent nos sourires, nos douleurs, nos sacrifices. Il y a de quoi en être fier.

© Tim Flach

Connaissiez-vous le wabi sabi ? Est-ce que ça vous parle ? Peut-être aviez vous entendu parler du kintsugi, l’art de réparer les objets en céramique avec de l’or ?

Publicités

4 Commentaires

  1. Personnellement, c’est un concept qui me plait et qui me parle beaucoup ! :)

    J'aime

  2. Je ne connaissais pas, mais sur le principe, j’adhère. La patine du temps, imaginer un objet et penser à son vieillissement dès sa conception, c’est rare et pourtant, ça devrait être essentiel.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s