L’histoire du chat blanc et du moine pour arrêter de se comparer aux autres

Bien avant l’ère des lolcats, au XIX siècle de notre ère, un moine irlandais a écrit ce joli poème sur la relation très précieuse qu’il partage avec son chat. Une leçon de vie sur l’importance de poursuivre sa propre voie sans se sentir concurrencé par le parcours des autres.

moine chat poème

Pangur est un chat comme on en connaît beaucoup. Il miaule, il chasse et il ronronne quand son maître le caresse. Ce dernier, lui, préfère consacrer son temps à l’écriture et à la prière, mais ces divergences ne les empêchent pas de s’apprécier et de s’encourager dans leurs occupations respectives.

Pangur, white Pangur,
How happy we are
Alone together, Scholar and cat.
Each has his own work to do daily;
For you it is hunting, for me, study.
Your shining eye watches the wall;
My feeble eye is fixed on a book.
You rejoice when your claws entrap a mouse;
I rejoice when my mind fathoms a problem.
Pleased with his own art
Neither hinders the other;
Thus we live ever
Without tedium and envy.
Pangur, white Pangur,
How happy we are,
Alone together, Scholar and cat.

Sans envier la vie de l’autre, sans jalouser ses réussites, le chat et le moine savourent ensemble leurs petites victoires quotidiennes. Le moine pourrait soupirer en regardant le chat roupiller à longueur de journée et s’agacer que la vie féline semble aussi facile comparée à la sienne. Le chat pourrait regretter de ne pas avoir la capacité de son maître à s’instruire et à développer sa vie spirituelle. Au contraire, ils ont accepté que chacun avait des capacités différentes avec, de facto, des destins différents.

pangur ban chat

Ce poème est un appel à l’acceptation de soi, de nos succès et de nos difficultés. Il nous invite à nous féliciter de nos différences plutôt qu’à en geindre. Laissons les autres poursuivre leur voie sans nous sentir diminués par leurs succès quand les temps ne sont pas roses de notre côté. Il y aura toujours des minces, des costauds, des sportifs, des intellectuels, des sages, des fêtards… Apprenons à vivre en symbiose et non dans la compétition du plus riche, du plus beau, du plus travailleur. « Alone together, Scholar and cat » : seuls pour décider de nos objectifs mais ensemble pour s’encourager à les atteindre.

Chacun sa route, chacun son chemin, chacun son rêve, chacun son destin.

(Et oui, personne ne connaît le nom de ce moine, son poème est anonyme. Mais le chat, lui, est devenu célèbre !)

P.S. Ronronthérapie : les vertus thérapeutiques du chat

Images tirée du livre The White Cat and the Monk

Publicités

7 Commentaires

  1. Charlene V

    Dur de pas se comparer aux autres quand les autres eux mêmes se comparent à toi.

    Très beau poème, et très beau texte.

    J'aime

    • Joyeux Magazine

      C’est vrai ! Mais peut-être que le fait de baisser sa garde peut aider l’autre en face à enterrer la hache de guerre. En tout cas, c’est pas aussi simple c,’est sûr :)

      Aimé par 1 personne

  2. C’est tout simple mais bourré de sagesse :)

    J'aime

  3. Ca aide aussi de ne pas avoir forcément les mêmes envies et ambitions que ses voisins :) On relativise tout de suite mieux!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s