La parenté à plaisanterie : une blague très sérieuse au Burkina Faso

Le Burkina Faso, tout petit pays au centre de l’Afrique de l’Ouest, fait beaucoup d’envieux pour la paix sociale qui règne entre les soixante ethnies différentes qui y cohabitent depuis des siècles. Il semblerait qu’une certaine tradition ne soit pas étrangère à cette belle harmonie: la parenté à plaisanterie établit des relations de chamaillerie entre certaines ethnies conflictuelles. Tous les coups sont permis et il est mal vu de ne pas en rire. Mieux vaut donc connaître tous les codes.

parenté à plaisanterie

Guillaume Colin

Au bureau, dans la rue, dans les bars, sur les affiches de publicité et même dans le milieu politique, la parenté à plaisanterie est de mise pour détendre l’atmosphère et instaurer un climat convivial. Les Peuls et le bobos forment la parenté la plus commune. Si l’un croise l’autre, il en profitera probablement pour moquer le supposé penchant de son ethnie pour le Dolo (la bière de mil locale), mais ne repartira pas avant de s’être joyeusement fait traiter de « buveur de lait » (les Peuls sont des éleveurs nomades) par son compère. Jusque dans les commentaires en ligne, la plaisanterie à parenté est de mise. On peut piocher à foison dans les clichés et les stéréotypes, pourvu que ce soit drôle et que l’adversaire en rigole.

5509065210_201c5d75fb_b

Eric Montfort

Certains pensent même qu’elle a sauvé le pays de la guerre civile. En 1966, le lieutenant Sangoulé Lamizana renverse la première république et pique la place du président Maurice Yaméogo, presque sans heurts. Ce coup d’État paraît de bonne guerre dans la mesure où les deux protagonistes sont parents à plaisanterie. On vous avait prévenus : au Burkina, la plaisanterie peut aller très loin. Un burkinabé raconte :

« J’ai assisté à un enterrement où des Gourounsi ont subtilisé le cercueil d’un Bissa. Ils encerclaient le cercueil et demandaient à la famille d’apporter des arachides au défunt. Car, dans la légende, les Gourounsi se moquent des Bissa parce qu’ils mangent beaucoup d’arachides. »

5519564594_06dc5d6946_b

Eric Montfort

C’est une façon de voir les choses que les Européens n’ont pas : en Afrique, l’enterrement d’un ancien est un événement à fêter. L’alcool y coule à flots et l’on danse pendant plusieurs jours en famille. Il s’agit aussi d’une occasion de célébrer les parentés à plaisanterie qui unissent les clans. Elles sont même vivement attendues comme une marque de solidarité et de soutien dans l’épreuve. Car cette tradition est avant tout un message d’amour et de paix malgré les tensions. Il faut provoquer et faire rire coûte que coûte, pour signifier sa compassion :

« Lorsque nous étions encore jeunes, on assistait aux décès et aux funérailles des vieilles personnes avec une certaine ferveur. Même si on était malheureux à la perte d’un proche, les membres des familles alliées venaient dérider la situation et on finissait par oublier un peu son chagrin. Ces parents à plaisanterie vous assistent en réalité pendant longtemps »

Conscients de l’intérêt social de cette pratique à laquelle les jeunes sont de moins en moins sensibles, les Burkinabés ont décidé, il y a deux ans, de lancer le FIAPPO, Festival International des alliances et parentés à plaisanterie. L’Unesco aussi a reconnu sa valeur en l’inscrivant sur la Liste représentative de patrimoine culturel immatériel de l’humanité.
parenté à plaisanterie

Guillaume Colin

Vous voilà briefé et prêt à plaisanter dans les règles de l’art. Reste à trouver votre cible.

P.S. Et si on restait encore un peu en Afrique en découvrant une autre tradition sympa et solidaire : les tontines.

Edit 20/04/2017 : l’humoriste burkinabée Roukiata Ouedraogo donne son avis sur le sujet sur France Inter, ici.

Publicités

4 Commentaires

  1. Un peu comme les blagues sur les Belges, sauf que je ne suis pas sûre que ça fasse rire les Belges?…

    J'aime

  2. Je viens de découvrir ton blog, et j’adore déjà :) tout particulièrement cet article qui me rappelle mes 2 mois passés au Burkina il y’a 2 ans, un pays si pauvre à la culture si riche !

    J'aime

    • Joyeux Magazine

      J’y ai passé deux semaines en vacances il y a quelques années aussi. C’était génial je me suis éclatée les gens sont trop cools là-bas ;) Merci et très contente aussi de découvrir ton blog que je m’empresse de suivre !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s