Hugging meditation : l’art de câliner

Vous souvenez-vous de votre dernier vrai câlin ? Peut-être venait-il de votre maman, d’un ami, de votre conjoint, de votre enfant… Avez-vous vraiment pris le temps de l’apprécier à sa juste valeur ? Le moine bouddhiste Thich Nhat Hanh propose sa façon à lui de profiter pleinement de tout le réconfort que peut offrir une belle et longue accolade.

« En 1966, une amie m’a déposé à l’aéroport d’Atlanta. Au moment de se dire au revoir, elle m’a demandé « Est-ce vraiment correct d’offrir une accolade à un moine bouddhiste? ». Dans mon pays, on n’est pas habitué à exprimer ses sentiments de cette façon, mais j’ai pensé : « Je suis professeur de zen. Ça ne devrait pas me poser de difficulté. ». Alors j’ai dit « Pourquoi pas ? », alors on s’est serrés dans les bras mais je suis resté très raide. Une fois dans l’avion, j’ai décidé que si je voulais continuer à travailler avec des occidentaux, il me faudrait apprendre leur culture. »

« Il faut réellement serrer la personne que l’on tient dans ses bras. Il faut la rendre bien réelle, bien présente, ne pas faire semblant de lui caresser le dos, mais respirer profondément et la serrer avec tout votre corps, votre conscience et votre cœur. Cette forme de méditation est un véritable exercice de pleine conscience. […] Si vous respirez bien à fond, en entourant de vos bras cette personne qui vous est chère, elle recevra l’énergie de votre amour, s’en nourrira et éclora comme une fleur. […]

Avant de serrer la personne dans vos bras, tenez-vous face à elle et revenez au moment présent. Ensuite, ouvrez vos bras et commencez à la câliner. Comptez trois respirations complètes. Pendant la première, prenez conscience de votre corps et de l’énergie qui l’anime. Pendant la deuxième, imprégnez-vous de cette présence et du bonheur qu’elle vous procure. Pendant la troisième, imaginez vos deux corps comme un tout et mesurez toute la gratitude qui vous traverse alors. […]

Prendre le temps de serrer l’autre dans ses bras, c’est un peu comme lui réinsuffler de la vie. Pour ça, pas besoin d’être sur le point de se quitter, vous pouvez la prendre dès maintenant dans vos bras et vous nourrir de la chaleur de sa présence. »


En France, contrairement à d’autres pays, nous n’avons pas l’habitude de nous prendre dans les bras. Pourtant, c’est une attention formidable pour exprimer sa gratitude, sa compassion, sa fierté. Nos parents, nos enfants, nos amis proches ont parfois besoin de ce contact physique, sans même s’en rendre compte. Brisons la glace et essayons de combler cette attente inconsciente.

Publicités

18 Commentaires

  1. En lisant ton texte, je me suis rendue compte que je faisais un peu des câlins à mon fils d’une manière automatique, pratique quoi… C’est triste, je vais essayer de plus prendre conscience du moment et d’en profiter !

    Aimé par 1 personne

  2. J’adore faire des câlins! J’en fais à mes parents, mon mari, aux enfants, à mes amis et même à mes collègues. Par contre, il faut demander et ne pas se jeter sur la personne. Certaines n’apprécient pas les contacts physiques…

    Aimé par 2 people

    • Joyeux Magazine

      Complètement d’accord. Tout le monde n’est pas forcément à l’aise avec les câlins. Le meilleur moyen de le savoir c’est de le proposer et de voir la réponse :)

      Aimé par 2 people

  3. schiel Caroline

    Tellement juste tellement important

    Aimé par 1 personne

  4. super article! C’est vrai qu’en France, on ne fait pas de câlins… alors qu’en Suède c’est leur manière de se dire bonjour, je trouve ça génial ! (un peu étrange lorsque l’on ne connait pas la personne, j’avoue, haha)

    Aimé par 1 personne

  5. Bisagni

    J’ai été éduquée dans un milieu câlin et mon mari totalement l’inverse !! Les sentiments peuvent s’exprimer de différentes manières mais au début j’ai été frustrée et pour moi si pas de câlins pour se dire bonjour ou au revoi m’étaient insupportable !! Pour mon mari les preuves d’amour s’expriment différents !! Il faut accepter les différences mais comme c’est difficile

    J'aime

  6. LEGROUX Isabelle

    Bonjour, et merci pour cet article. Je n’ai pas été baignée dans une famille câline. Lorsque, j’ai eu mes enfants, j’en avais conscience je leur ai donné ce que je pouvais et certainement parfois de façon un peu automatique. Aujourd’hui, ils sont grands et refusent les contacts..et ce n’est pas évident d’accepter leur refus.
    Alors, ce que je comprends c’est qu’une nouvelle étape s’annonce, qui me concerne personnellement :
    crainte d’être trompée, abandonnée j’ai mis des tas de barrières. Alors accepter que j’ouvre mes bras ou que je sois accueillie par d’autres bras que ceux de mes enfants m’est encore difficile à envisager. Et pourtant, je sais que c’est par là que se trouve mon chemin …

    J'aime

  7. Bonjour, j’ai le grand bonheur, et depuis très longtemps, d’avoir une grande troupe d’amis très chers qui nous « câlinons » systématiquement et intuitivement depuis de nombreuses années. Tout y es pretexte, les bonjours, les au-revoir, les émotions fortes de bonheurs, de tristesse….Bien que tous d’origine française, nos profondes amitiés nous ont mené à ces immenses moments ou l’on partage notre énergie, nos maux, nos Cœurs et c’est tellement bon !!! Et je fais de nouveaux adeptes régulièrement, ainsi les collègues de travail se sont mis à me chercher et me tendre leurs bras grand ouvert en disant « un câlin ? » que ce soit pour leur bienfait ou pour le mien ! Cultivons ces gestes généreux !

    J'aime

    • Joyeux Magazine

      C’est génial !! Quelle chance d’être aussi proche de ses amis :) Continuez à faire de nouveaux adeptes, il faut que ces choses deviennent plus naturelles pour tout le monde :)

      J'aime

  8. martine petiot

    câliner et être câliné donne une extraordinaire énergie. Lorsque je prends une personne dans mes bras, je fais un avec elle, nous sommes reliés, c’est un moment magique. Mes enfants, adolescents aujourd’hui ,que j’ai beaucoup câliné aiment le contact.

    J'aime

  9. rafotsy

    dans mon pays le vrai sens du mot s’embrasser est  » s’échanger les odeurs « ; cela se passe dans les bras , et par le nez , donc on doit vraiment être tout contre l’autre . Les anciens ajoutent même un soupir « huuuum  » pour dire qu’is sont contents des retrouvailles . .

    J'aime

  10. Pingback: Meditazione dell’abbraccio: l’arte di coccolare – Casa degli Abbracci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s