Les Tsaatan, meilleurs amis des rennes

Il existe, dans le Nord de la Mongolie, un peuple qui évolue depuis des centaines d’années dans des conditions extrêmes et dont la survie dépend entièrement d’un seul animal : le renne. Le Joyeux Magazine vous emmène à la découverte d’une culture qui a appris à se contenter des petites choses dans de grands espaces.

tsaatsan mongolie

© Christophe Boisvieux 

Les Tsaatan sont chamanistes. Chaque communauté a son chamane, chargé de régler les conflits et de soigner les petits bobos du quotidien. Il peut entrer en relation avec les esprits de la taïga et agir contre le mauvais temps ou les maigres récoltes. Pour les Tsatsaans, la vie humaine tient à un fragile équilibre entre la nature, les animaux et le respect des ancêtres. Leur environnement n’est que le reflet du vaste monde de l’au-delà.

tribu mongolie rennes

© Nomadasaurus

Ils adorent la vodka. Les Tsaatsans ont l’habitude de s’enivrer lorsqu’ils sont tous regroupés en cercle dans le tipi. Une fois la bouteille ouverte, il est impensable de ne pas la finir. Chacun boit sa gorgée à tour de rôle et ne peut la refuser qu’après la troisième tournée.

Ils ne pourraient pas vivre sans leurs rennes. La vie des Tsaatsans dépend entièrement de ces majestueux cervidés , qui leur permettent de se déplacer, de récolter du lait sur lequel se base une grande partie de leur alimentation et de fabriquer des outils avec leurs ramures. Pour eux, c’est un animal sacré qu’ils vénèrent et ne mangent qu’en cas d’extrême nécessité.

peuple nomade rennes

© Kares Le Roy

Ils chouchoutent leurs caribous. Les rennes Tsaatsans sont traités comme des rois. Les rennes les plus vieux portent une écharpe jaune en signe de prestige. Après une dure journée de travail, on leur chante le Urtyn Duu, un long chant qui raconte l’histoire de la tribu et les remercie de leurs services. La plupart ont un surnom : « Petit bien aimé », ou même « Britney Spears » (<– ceci n’est pas une blague).  Durant la journée, ils vivent en liberté autour du campement et ne pensent pas une seconde à s’enfuir. En cas de petit creux, ils entrent dans les tipis pour venir réclamer du sel qu’on leur sert dans la paume de la main.

tsaatsan mongolie rennes

© Hamid Sardar-Afkhami

Ce sont des minimalistes avant l’heure. La vie au milieu de la taïga est rude. Il n’est pas rare que les températures chutent jusqu’à -40 degrés celsius en hiver. Et pourtant, le nomadisme contraint les Tsatsaans à se contenter de peu. Dans leur tipi, pas de chaise, ni de table ou de meuble superflu. Seul le poêle à bois trône au milieu de la pièce et reste allumé hiver comme été, contre le froid ou les moustiques.

tsaatsan rennes

© Kares Le Roy

Les hommes ont un look à faire pâlir le monde la mode. Qu’ils pêchent le poisson à mains nues dans les rivières gelées ou qu’il ramènent du bois de la forêt, ils s’habillent invariablement d’un long manteau sombre, de grandes bottes de cuir et d’une casquette militaire. Le chic sans en avoir l’air.

Leur boisson préférée est le suutei thai. Ce thé salé à base de lait de rennes se déguste avec un peu de pain et de la confiture de mûres cueillies dans les bois.

tsaatsan coutumes

© Kares Le Roy

Pourquoi ils sont menacés. Avant la construction de l’empire soviétique, les rennes étaient libre de franchir la frontière du Touva, un pays autrefois indépendant de la Sibérie Orientale. Depuis l’annexion de cette petite république par la Russie, les rennes n’ont plus d’interaction avec ceux du Touva et la consanguinité ravage les troupeaux. Malformations, maladies,… Le mode de vie Tsaatsan est dangereusement menacé. Beaucoup se découragent et partent vivre en ville. Ceux qui restent déplorent les dégâts de l’industrie minière qui détruisent la forêt et polluent les eaux. Aujourd’hui, ils ne sont plus qu’une quarantaine de familles (300 âmes environ) à perpétuer l’art de vivre des derniers éleveurs de rennes nomades au monde.

tsaatsan tribu

© Pascal Mannaerts

Pour poursuivre ce voyage culturel, direction l’Indonésie ou le Sahel, où d’autres cultures bien particulières luttent pour conserver leur richesse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s