Chez les Wodaabe, ce sont les hommes qui se maquillent

Imaginez une société où les hommes passeraient des heures à se maquiller en vue de gagner le concours de beauté annuel où ils rencontreraient peut-être leur futur épouse. Le monde à l’envers ? Bienvenue chez les Wodaabe, cette tribu nomade qui se déplace à travers le désert du Sahel, à la frontière entre le Cameroun, le Nigeria, le Tchad et le Niger.

Wodaabe Sahel

© Donald Macdonald

Les femmes sont garantes de la beauté de la tribu. Elles doivent choisir le mari le plus beau possible pour la transmettre à leurs enfants. Si elles tombent amoureuses d’un homme ne répondant pas aux critères de beauté admis, elles sont en droit de concevoir leurs enfants avec un homme plus beau, tout en conservant leurs sentiment pour le premier.

La plupart des Wodaabe se marieront plusieurs fois au cours de leur vie. Un premier mariage décidé par leurs parents est arrangé au cours de leur enfance, puis la femme (et non l’homme) est libre de se séparer et de se remarier avec la personne de son choix.

femmes wodaabe

© Carol Beckwith & Angela Fisher

La beauté wodaabe correspond à des critères précis. Il faut être grand au teint relativement clair avec un nez fin, un visage ovale, des dents blanches, un regard vif et le blanc des yeux immaculé. Les traits du visage doivent être parfaitement symétriques.

Wodaabe coutumes

© Donald Macdonald

Les époux se séparent dès qu’un bébé est en route. La maman retourne s’installer chez sa mère et y restera pendant trois à quatre ans après la naissance de l’enfant. Elle est considérée « boofeydo », « celle qui a fait une erreur ». Pendant tout ce temps, le papa a interdiction de voir sa femme et son enfant. Ils sont libres de se revoir ou pas passé cette période.

Wodaabe traditions

© Syydehaas

C’est une société matriarcale. Dès sa naissance, l’enfant appartient à la lignée de sa maman et non de son papa.

Tribu Sahel

© Donald Macdonald

Les hommes sont mis en concurrence lors de concours de beauté. Chaque année, à la saison des pluies, la fête du Geerewol réunit tous les hommes Wodaabe pour que les femmes puissent faire leur choix. Les plus beaux de chaque lignée dansent en groupe pendant plusieurs heures et sont notés par trois femmes chargées d’élire le plus attirant d’entre eux.

Donald Macdonald - Wodaabe

© Syydehaas

Ce sont les femmes qui choisissent leur partenaire. Pendant le Geerewol, les garçons défilent et les filles tapent discrètement sur l’épaule de celui qui leur plaît. Si l’attirance est mutuelle, la fille peut accepter d’être « volée » par son coup de coeur et de l’épouser, ou simplement de batifoler avec lui. Certains maris interdisent à leur femme d’assister au Geerewol.

Wodaabe femmes

© Syydehaas

Wodaabe danse

© Alfred Weidinger

Les hommes sont très attachés à leur maquillage. Ils s’entourent les yeux et la bouche d’un khôl noir pour souligner la blancheur de leurs yeux et de leurs dents. Le nez est souligné par un long trait jaune allongeant le visage. Ils ne se séparent jamais de leur miroir.

Tribu nomade sahel

© Donald Macdonald

Les Wodaabe ont leur propre code éthique : le pulaaku. Ils attachent une importance capitale à la discipline, au contrôle de ses émotions, à la patience et à la sagesse.

beauté wodaabe

© Alfred Weidinger

Leurs croyances résultent d’un mélange d’Islam et d’animisme. La savane serait habitée par des esprits vivant dans les arbres et les sources d’eau.

Wodaabe tribu

© Syydehaas

Pourquoi ils sont menacés. La désertification du Sahel et l’intensification des périodes de sécheresse rend de plus en plus difficile l’élevage de zébus dont dépend la survie des Wodaabe. Le réchauffement climatique est directement responsable de ce phénomène d’aridification qui menace leur mode de vie. Par ailleurs, les dernières zones de pâturage disponibles sont réquisitionnées par les gouvernements qui souhaitent rentabiliser ce vaste territoire.

Wodaabe Sahel

© Alfred Weidinger
Publicités

4 Commentaires

  1. Adama

    C’est très intéressant. Tu m’as, encore une fois, appris quelque chose. Ce sont les femmes qui choisissent leur partenaire tandis que les hommes se maquillent et se mettent en concurrence dans un concours de beauté. Par certains aspects, c’est un peu notre société à l’envers.

    Aimé par 1 personne

  2. Wow ! Superbe découverte. Tu as découvert ça comment ? Tu as des références bibliographiques ?
    Ce serait un contre-exemple ou une ouverture géniale pour mon mémoire :p

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s