Les Drokpa, tout de fleurs vêtus

Les Drokpa sont une tribu d’environ 4 000 âmes vivant sur le plateau du Ladakh, à la croisée de la Chine, de l’Inde et du Pakistan. Leur patrimoine culturel est unique, mais il est menacé. Voici pourquoi.

drokpa fleurs

Ils se marient entre eux. Ils sont très fiers de leurs racines aryennes, une branche de la population indo-européenne ayant migré vers l’Asie dès le llle millénaire avant J.C. et ayant développé une langue et une culture propres dont les Drokpa sont les derniers héritiers vivants. Pour cette raison, il est interdit de se marier ou d’avoir des enfants en dehors de sa tribu. Il n’est pas rare d’épouser son frère ou sa sœur, ou de choisir plusieurs épouses.

Drokpa mariage

Ils portent des fleurs en guise de bijoux. C’est un de leurs signes de reconnaissance. Les hommes comme les femmes arborent quotidiennement de jolies fleurs fraîches sur leurs coiffes, ajoutant parfois des perles, des coquillages, de petits miroirs et des pièces de monnaie, ainsi que quelques talismans pour éloigner les mauvais esprits.

drokpa costume

Ils déménagement environ 10 fois par an. C’est un peuple nomade qui vit de l’élevage du bétail dont ils commercialisent le lait, le beurre, la laine et le cachemire. Tout ce petit monde a besoin de paître et cela nécessite de vaquer de vallées en pâturages régulièrement au fil des saisons.

drokpa nomade

La viande est un bien précieux. Ils ne mangent pas de volailles ni de vaches, qui sont des être sacrés. Les croyances dokpas se fondent sur un mélange d’influences bouddhiste et animiste. L’eau, la montagne, les fleurs et les arbres sont habités par des esprits divins qu’il ne faut surtout pas contrarier. Lorsqu’une bête de leur troupeau (yak, mouton, chèvre) est au menu du jour, il convient de l’accueillir avec respect et recueillement.

Ils adorent les abricots. La région est très favorable à la croissance des abricotiers et leurs fruits sont particulièrement réputés en Asie. Ils utilisent l’huile d’abricot pour cuisiner, ou comme onguent. Leurs potagers sont très bien fournis. Ils profitent des marchés locaux pour échanger du radis, des pommes de terre, des tomates, des navets ou même des raisins contre du riz et des céréales.drokpas abricots

Ils se transmettent leurs affaires de génération en génération. Comme chez nous pour les vêtements des enfants, de nombreux objets sont hérités des ancêtres. La tente en peau de yak, les chaussures en laine de mouton ou les capes en peau de chèvre ont, bien souvent, traversé les âges sans perdre de leur qualité.

La notion d’égalité et de partage y est très importante. Il est plutôt mal vu d’être mieux loti que ses voisins et l’on doit systématiquement partager les fruits de son travail.

Drokpa - Debesh Sharma

Ils fêtent leur anniversaire tous les douze ans. Leur calendrier se base sur le calendrier tibétain, qui veut qu’un cycle de vie n’évolue qu’au bout de douze ans, après avoir traversé de nombreuses difficultés. La douzième année est une année charnière qu’il faut vivement célébrer.

C’est une société patriarcale. Bien que la majorité des travaux soient effectués par des femmes, la personne qui dirige le clan ne peut être qu’un homme, élu suivant des règles strictes et chargé de gérer le budget, de résoudre les conflits et de jouer les intermédiaires avec l’administration du district.

drokpa culture


Pourquoi ils sont menacés. Le réchauffement climatique diminue l’enneigement du plateau du Ladakh. En conséquence, le débit des rivières diminue et l’environnement s’assèche. Les gouvernements se partageant la région accusent les pâturages drokpa de cette dégradation et contraignent les tribus, par divers moyens, à se sédentariser. L’Etat chinois a, par exemple, fait signer à certaines familles drokpa (qui sont illettrées) des contrats visant à les installer dans de sommaires villages artificiels en échange d’une commercialisation à plus grande échelle de leur production agricole. Cette région, l’une des moins peuplées au monde, représente une manne financière très alléchante pour ces pays en développement que sont la Chine, l’Inde et le Pakistan, notamment sur le plan touristique. Hélas, tradition et tourisme de masse font rarement bon ménage.

Crédits photos : Olivier Galibert, Sanjay P.K., Al Jazeera, Jan Reurink, A Mad Tea Party, Debesh Sharma, Sharon Johnson Tennant, inconnu

P.S. Un talentueux vidéaste a capturé en images la poésie drokpa, de quoi avoir la larme à l’oeil.

Publicités

Un commentaire

  1. Super intéressant cet article ! Merci pour la découverte :)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s