Microbes et Gasoil, le nouveau film de Gondry est en salle. Hiphiphip?

En attendant de pouvoir courir au cinéma, lisons cette chouette interview qu’il a bien voulu donner à Slate.

La violence, un thème remis en question

« Dans Microbe et Gasoil, les gamins disent que les caïds de récré sont les victimes de demain. J’ai souvent pensé à ça, les caïds qui faisaient peur dans les cours de récré… Cette violence qui leur permettait de régner dans la cour, ce leadership, j’aime à penser qu’il n’a pas fonctionné dans la vie d’adulte. Alors que les timides passent plus de temps à écouter, à comprendre, à apprendre et devenus adultes, ils ont plus de choses à dire. Bien qu’il y ait une forme de société dans la cour de l’école, ce n’est pas forcement le reflet de ce qui se passera à l’âge adulte. Moi j’étais créatif depuis mon plus jeune âge, mais dans la cour je n’étais pas à l’aise. Je ne savais pas trop où me mettre alors je restais avec les filles. Et j’ai développé des capacités qui me servent maintenant pour faire mon travail. »

L’attrait pour le « normal »

« Les gens particuliers me touchent. Je préfère voir ou faire des films sur des gens qui ont une différence par rapport à la moyenne. Je n’aime pas du tout la notion de super-héros, ça se rapproche du fascisme pour moi. J’ai vu un documentaire qui m’a un peu réconcilié avec ce monde. J’ai découvert que les gens qui ont fait Marvel et DC étaient des jeunes juifs new yorkais, qui se sont regroupés et ont démarré de manière minimaliste. Mais ce qu’on voit maintenant, on dirait des Mussolini, ça ne me fait pas du tout rêver. C’est effrayant cette hégémonie. »

Tarantino, c’est pas son truc

« Concernant Tarantino, c’est un super grand cinéaste, il faut moduler ce que j’en pense. Ses thèmes, la vengeance et la violence, me parlent moins. Mon fils est ultra-fan. Quand il est énervé contre moi, il me dit que Tarantino est un meilleur réalisateur que moi. Il a probablement raison. Mais on n’a pas les mêmes sujets d’intérêt. Je suis impressionné par ses films mais il m’arrive souvent de sortir pendant la projection parce que c’est trop violent. Dans Reservoir Dogs, quand le flic est torturé et que les gens ricanent dans la salle, je suis gêné. Il y a du sadisme et ça ne me branche pas franchement. »

Lisez, lisez.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s